SOS Papa

Fondée en 1990, l'Association SOS Papa est, avec aujourd'hui plus de 13000 membres, la plus importante et la plus influente association de pères en France.

SOS Papa est la première association de défense des liens pères-enfants en cas de divorce ou séparation des parents.

SOS Papa est membre de l'UNAF (Union Nationale des Association Familiales), confirmant ainsi que la FAMILLE est bien plus que le simple FOYER et donc survit au divorce et à la séparation, le père étant un des éléments clef et indispensable de la famille de l'enfant auprès de la mère.

SOS Papa a été reconnue association de victimes par Nicolas Sarkozy, alors Ministre de l'Intérieur.

La Marraine de SOS Papa est Madame Evelyne SULLEROT Sociologue, féministe de la première Heure, Co-Fondatrice du Planning Familial, Membre du Conseil Économique et Social, Membre de l'Institut de France, Commandeur de la Légion d'Honneur. Ceci montre bien que le combat de SOS Papa est un combat égalitaire complémentaire du "vrai" féminisme originel.

Le créateur de SOS Papa, Michel Thizon, a été nommé au grade de chevalier dans l’ordre national de la légion d’honneur pour service rendu dans ce combat pour la famille et les enfants.

Elle a accueilli, depuis sa création, dans ses permanences, plus de 100 000 pères qui ont été écoutés, aidés et conseillés.

SOS Papa c'est 14000 adhérents.

Son budget est de plus de 100.000 Euros par an, avec les seules cotisations de ses adhérents.

Elle est totalement indépendante des professionnels du divorce et des partis politiques.

L'association est implantée à Paris ainsi que dans 37 délégations en France.

Elle a de nombreux correspondants à l'étranger: USA, Japon, Europe.

SOS Papa a organisé en France les premières manifestations de pères sur la voie publique.

SOS Papa a participé à plus de 40 émissions télévisées et obtenu 700 articles de presse ces 5 dernières années.

SOS Papa réalise et publie des études spécialisées approfondies.

SOS Papa rédige des propositions de lois qu'elle communique aux ministres et aux parlementaires.

SOS Papa a présenté 6 candidats à Paris sous sa propre étiquette aux élections législatives de 1997. Chose jamais faite ailleurs par aucune organisation paternelle.

Axe actuel :

Le « système » ne garanti toujours pas les liens parents-enfants.

Cette responsabilité reste de la seule interprétation absolue et souveraine des Juges aux Affaires Familiales (J.A.F.) avec les aléas, les dogmatismes, et certains sexismes d'un autre âge que l'on connaît bien.

Enfin, il n'y a toujours aucune sanction contre :

  • les non-présentations d'enfants,
  • les accusations calomnieuses de violence ou d'attouchement,
  • l'aliénation parentale omniprésente et la volonté de beaucoup d'en ignorer les conséquences,
  • les soustractions d'enfant à l'autorité parentale conjointe grâce aux déménagements à l'autre bout de la France ou même à l'étranger...

Tout ceci en dit long sur l'absence de réelle volonté de pacifier les séparations et de protéger les enfants des conséquences psychologiques dévastatrices de ces conflits.

Contrairement à ce que certains cherchent à nous faire croire, les problèmes sont très loin d'être résolus. Il reste encore beaucoup de travail à faire.

Voilà donc les axes principaux pour lesquels oeuvre SOS Papa actuellement.

En tant que délégué pour l'Ariège, me basant à la fois sur ma propre expérience et les nombreux témoignages (autant de professionnels que de victimes) dont je suis l'oreille attentive, je peux affirmer sans risque de me tromper que l'Ariège est un département qui souffre particulièrement de ces aléas, ces dogmatismes et de certains sexismes d'un autre âge.

Il est largement temps que la Justice Ariègeoise et les autres institutions concernées se rendent compte et acceptent que :

  • La co-parentalité et la résidence alternée sont favorable au bon développement des enfants et est à promouvoir.
  • Un père = une mère. Un père est aussi capable qu'une mère d'aimer et d'apporter beaucoup d'affection à ses enfants, de construire un environnement favorable à leur développement et ce quel que soit l'âge de l'enfant. De nos jours, dire qu'un père ne peut pas s'occuper d'un enfant en bas âge équivaut à ce qu'on prétendait naguère qu'une femme n'était pas capable de mener à bien une carrière professionnelle.
  • Il faut sanctionner les non-présentations d'enfants, les accusations calomnieuses de violence ou d'attouchement, l'aliénation parentale omniprésente, les soustractions d'enfant à l'autorité parentale conjointe grâce aux déménagements à l'autre bout de la France ou même à l'étranger... Sans sanction, tous ces comportements peuvent être considérés comme encouragés par la Justice qui affirme ainsi aux mères qu'elles sont souveraines et intouchables dans le domaine familial.
  • Les pères ne sont pas seuls responsables en matière de reproduction et de séparation. Ils sont pourtant trop souvent considérés comme des « coupables » idéaux face à des mères systématiquement « victimes ». Les pères sont le plus souvent des payeurs de pensions alimentaires, avec quelques petits droits minuscules par rapport à leurs enfants, droits fortement dépendants de la bonne et/ou de la mauvaise volonté des mères.
  • Les enfants doivent être entendus par des professionnels compétents, non empreints de dogmatismes et/ou de partis pris sexistes... Rappelons que la France a signé en 1990 la Convention internationale des droits de l'enfant, dont l'article 8 spécifie clairement que « L'enfant capable de raisonner a le droit d'exprimer son opinion sur toutes les questions qui le concernent... »

Bref à ce qu'on se dirige vers une réelle égalité de l'homme et de la femme, y compris dans le domaine familial qui est tout de même le pilier de l'existence humaine.

Voilà pourquoi je me suis engagé, car nos enfants ont besoin d'être mieux respectés au niveau familial. Leur droit à l'EGALITE dans la relation avec leur mère ET leur père en est une illustration déterminante.

Nous voulons des jugements EQUITABLE, tenant compte de l'intérêt réel des enfants à fréquenter de manière EGALE leurs DEUX parents.

Des jugements qui ne sont pas basés sur un SEXISME que pères et mères se doivent de combattre dans l'intérêts évident de leurs enfants.

Papas et mamans, n'hésitez pas à prendre contact avec la délégation d'Ariège, car plus nous serons nombreux et plus nous pourrons agir pour le bien-être et l'équilibre de nos chérubins adorés.

Grâce à l'association "L'Equi'Table", nous pourrons nous réunir dans un local spacieux à Foix pour en discuter et agir ensemble.

Contact:
Daniel Vranckx

Tél: 06.72.77.73.53
Fax: 09.59.13.73.63

http://ariege.sospapa.free.fr